News

26.11.2018 - 15:03 - Il y a : 1 Jahre

#idscologne - Les cartes sont redistribuées grâce aux outils numériques – Identifier maintenant les chances dans le domaine de l'orthodontie

Traitements orthodontiques pour de plus en plus de patients – Technologies numériques – Réalité virtuelle – Intelligence artificielle – Un thème majeur au Salon international d'odontologie

Diagnostic, planification des soins, thérapie et suivi – telles sont les quatre étapes classiques d'un traitement orthodontique, mais les outils et les solutions changent. C'est surtout en raison des stratégies numériques que cette discipline a durablement évolué ces dernières années. Au Salon international d'odontologie (IDS) qui se tient à Cologne du 12 au 16 mars 2019, les visiteurs obtiennent des informations de première main sur les développements actuels qui font progresser l'orthodontie..

Diagnostic et planification de soins orthodontiques de manière analogique ou numérique, au choix Dans le domaine de l'orthodontie, la règle actuelle est la suivante  : tout propriétaire d’un cabinet dentaire envisagera de l'adapter à l'utilisation de technologies numériques. Par contre, lors de la création d'un cabinet dentaire, il se peut que le dentiste mise d'emblée sur la numérisation poussée ou complète des flux de travail : remplacement des radios 2D analogiques et numériques par des clichés en 3D, prise en compte d'images scanner et IRM, documentation de cas par des photos numériques, prise d'empreinte conventionnelle ou avec scanner intra-oral et gestion numérique des données du patient.

La planification des soins peut être numérique ou associer des procédés analogiques et numériques (scanner intra-oral ou numérisation d'un modèle en plâtre). La tendance étant aux formats et aux systèmes ouverts, le transfert des données numériques de l'empreinte dans le logiciel de planification devient de plus en plus simple et toute la planification s'en trouve facilitée. Ce qui est particulièrement intéressant dans ce contexte  : un set-up virtuel est réalisé sur la base   des modèles purement virtuels et il en est de même de la conception des appareils orthodontiques.

C'est avec une grande flexibilité que l'on peut actuellement associer le prothésiste dentaire à l'accomplissement du travail en cours et définir les tâches qui lui seront confiées en aval (p. ex. impression de modèles physiques, réalisation des appareils orthodontiques et finalement des gouttières de transfert). Les données nécessaires peuvent être échangées selon ce qui a été convenu entre le cabinet dentaire et le laboratoire afin d'assurer un flux de travail optimal. Il en résulte également de nouvelles opportunités pour le prothésiste dentaire. À IDS 2019, les visiteurs découvriront différentes manières de procéder et pourront tirer parti de précieuses suggestions.

Soutien de l'intelligence artificielle et difficultés d’assemblage Pour l'instant, il n'est pas possible de dire quelle part reviendra à l'avenir à l'intelligence artificielle dans les traitements orthodontiques. À moyen terme, l'utilisation de logiciels est envisageable pour réaliser des set-ups ou alerter en cas de mouvements dentaires excessifs, car la base de données rendant ces outils statistiquement fiables ne cesse de s'agrandir.

Dans l'optique actuelle, il semble plutôt difficile de réaliser des appareils orthodontiques assez complexes en assemblant des éléments distincts. Dans ce cas également, l'alternative, qui consiste à réaliser numériquement le plus possible en une seule pièce, prendra une place de plus en plus grande. Ce qui est important, c'est de savoir quelles sont parmi les nombreuses tâches celles qui peuvent être effectuées sur ordinateur dans le cadre d'un traitement orthodontique, avec de nets avantages en matière de coûts.

Traitements orthodontiques avec aligneurs Les traitements orthodontiques avec aligneurs ont valeur d'exemples pour ce qui est du changement opéré par les technologies numériques. Ils présentent des avantages lors de la préparation des dents en vue de soins de dentisterie esthétique (p. ex arcades dentaires droites, comme condition préalable à la pose de facettes) et, d'une manière générale, en tant qu'alternatives aux appareils jugés voyants par les patients.

Il n'y a pas si longtemps – et pourtant, c'est comme l'éternité en orthodontie  : dans les années 90, on travaillait de manière conventionnelle, avec set-up manuel provenant du laboratoire et aligneurs invisibles. De nos jours, la caméra intra-orale ou, comme alternative, la numérisation avec scanner extra-oral d'un modèle réalisé de manière conventionnelle sont prédominantes. À IDS, les visiteurs auront la possibilité d'examiner de nombreux produits différents dans ce domaine et de présélectionner ceux qui, en matière de besoins orthodontiques, conviennent le mieux à leur cabinet ou leur laboratoire.

Toute la planification peut s'effectuer sur écran, plusieurs systèmes de logiciels étant disponibles à cet effet. C'est ainsi qu'IDS présente par exemple aux visiteurs des associations «  caméra intra-orale + logiciel   », de nombreuses variantes (p. ex. élaboration comprise d’attachements individuels) et des programmes à pilotage particulièrement intuitif. Ils permettent de planifier jusqu'au stade précédant l'impression 3D de modèles physiques d'arcades dentaires - soit avec l'imprimante du cabinet dentaire, soit en laboratoire ou encore par un prestataire de services de l'industrie dentaire. Les aligneurs eux-mêmes sont généralement réalisés en laboratoire.

Selon les soins envisagés, un objectif virtuel de traitement est fixé, set-up à l'appui. On peut également définir de surcroît des objectifs intermédiaires. Ceci permet par exemple de diviser les mouvements dentaires complexes (p. ex. en mouvements de protrusion et de rotation). Même les traitements complexes sont du domaine du possible (p. ex. traitement avec aligneurs + traitement multibrackets dans la mâchoire opposée). IDS permet d'en savoir plus et présente à cet effet des options logicielles avec des fonctions de réalité virtuelle (y compris le test avec des lunettes de réalité virtuelle).  

Mark Stephen Pace, président du conseil d'administration de la Fédération de l'industrie dentaire allemande (Verband der Deutschen Dental-Industrie), en est sûr  : «  IDS 2019 permettra aux visiteurs de progresser nettement sur tous ces points. C'est important, car un traitement orthodontique cohérent permet d'éviter d'emblée, à un stade précoce, des complications à un âge avancé.  Le plus grand salon mondial d'odontologie, qui se tient à Cologne du 12 au 16 mars 2019, y contribuera grandement.   »

IDS (Salon international d'odontologie) a lieu tous les deux ans à Cologne. Il est organisé par la GDFI (Gesellschaft zur Förderung der Dental-Industrie mbH), entreprise économique de la Fédération allemande de l'industrie dentaire (Verband der Deutschen Dental-Industrie e.V. - VDDI). Koelnmesse GmbH, Cologne, assure sa tenue.

Remarque à l’attention des rédactions:

Des photos de IDS 2019 sont disponibles sur la base iconographique de Koelnmesse, site Ouvre un lien externe dans une nouvelle fenêtrewww.ids-cologne.de, rubrique « Press  » Complément d’information : Ouvre un lien externe dans une nouvelle fenêtrehttp://english.ids-cologne.de/pressinformation

En cas de reproduction, merci de nous adresser un justificatif.

Pour toute demande de précisions, s'adresser à :

Pour tout renseignement et information sur l'industrie dentaire :

VDDI/GFDI – service de presse
Burkhard Sticklies
Ouvre une fenêtre pour la rédaction d'un mailsticklies(at)vddi.de



< #idscologne - Durch digitale Tools werden die Karten neu gemischt – jetzt die Chancen in der Kieferorthopädie erkennen!

© VDDI e.V. - Verband der Deutschen Dental-Industrie e.V. - Aachener Straße 1053-1055 - 50858 Köln - Germany - Telefon: +49/(0)221/5006870 - Telefax: +49/(0)221/50068721 - E-Mail: info@vddi.de