News

01.05.2014 - 13:25 - Il y a : 6 Jahre

IDS 2015 - Nr. 2 / Cologne, avril 2014

Le prothésiste comme principal spécialiste des matériaux pour les restaurations complexes : prothèses & implantologie à l'IDS 2015

[Translate to francais:] Foto: Initiative proDente e.V.

Travail d'équipe entre le dentiste et le prothésiste : une planification thérapeutique personnalisée à l'aide de la planification inverse (« backward planning ») et une flexibilité accrue grâce à une amélioration des alternatives en terme de matériaux et de fabrication – un thème essentiel de l'IDS à Cologne.

Afin de réaliser des interventions thérapeutiques prothétiques et implantologiques réussies, le dentiste et le prothésiste doivent travailler en étroite collaboration dès le stade initial. Dans cette optique, la planification inverse, ou « backward planning », revêt une importance croissante car elle offre au patient la possibilité d'exprimer clairement au préalable quel est son objectif de traitement grâce à son propre reflet – virtuel. La coopération entre le cabinet et le laboratoire, cruciale pour cette opération, est encouragée par une multitude d'évolutions récentes dans le secteur de l'industrie dentaire : un logiciel de CAO/FAO amélioré et son intégration renforcée avec des procédés d'imagerie numérique, sans oublier diverses innovations en termes de matériaux pour des processus de fabrication alternatifs. En tant que gestionnaire du processus, le prothésiste occupe dès lors une position centrale dans la réalisation de restaurations complexes. Le Salon international d'odontologie (IDS) de Cologne, qui se déroule du 10 au 14 mars 2015, offre aux visiteurs l'occasion idéale de découvrir en détail les innovations des fabricants dans le secteur prothétique.

Par exemple, le nouveau logiciel de planification permet par exemple de fabriquer des gabarits de perçage assistés par ordinateur pour l'implantologie guidée ou des suprastructures implantaires élaborées par CAO/FAO. Ces méthodes augmentent considérablement la précision des interventions thérapeutiques implantologiques et prothétiques et offrent en outre la possibilité d'associer très tôt le patient à la planification de sa prothèse. Les prothèses ainsi conçues sont de très grande qualité et correspondent parfaitement à la conception personnelle du patient et à son cadre financier.

Le laboratoire peut lui aussi s'abstenir de réaliser des investissements massifs pour profiter des innovations prothétiques liées au « backward planning ». Cela commence déjà par la décision de confier certaines étapes de la fabrication au laboratoire (« labside » ou en sous-traitance (« outsourcing ») via des centres de planification et de production. Dans tous les cas, les deux alternatives fournissent des travaux sur mesure qui offrent au laboratoire une base idéale pour le perfectionnement esthétique – tout en optimisant la rentabilité.

De nos jours, les prothèses complexes ou les suprastructures implantaires peuvent être conçues d'une multitude de façons différentes et constituées de divers matériaux à partir d'une série de données numériques. Outre le fraisage, qui a surtout fait ses preuves pour les matériaux céramiques ou métalliques (précieux), d'autres procédés gagnent en importance : la fusion sélective de poudres métalliques au laser, le frittage innovant d'alliages CoCr et depuis peu, l'impression 3D presque universelle de composites hautement performants, offrant une stabilité à long terme, viennent enrichir la gamme des procédés de moulage ou d'usinage classiques.

Le progrès concerne aussi les procédés prothétiques établis : par exemple, lorsqu'il s'agit de répondre à des exigences esthétiques particulièrement élevées, le laboratoire peut désormais recourir à la vitrocéramique renforcée à la zircone, qui fait preuve d'une remarquable résistance et par conséquent d'un vaste champ d'indications – un effet de mimétisme en cas de haute translucidité. À l'avenir, une variante de ces matériaux en céramique pressée sera également disponible afin de correspondre au quotidien réel des laboratoires. En guise de revêtement pour de tels matériaux, l'industrie dentaire développe actuellement des masses céramiques optimisées qui augmentent considérablement le nombre de possibilités de conception esthétiques pour le prothésiste. L'oxyde de zirconium occupe en outre une place prépondérante dans le répertoire du laboratoire dentaire : ce matériau hautement résistant permet d'élaborer des prothèses ou prothèses sur implants entièrement anatomiques, mais aussi partiellement ou totalement recouvertes.

En raison de la diversité des développements actuels en termes de méthodes et de science des matériaux, le prothésiste joue de plus en plus un rôle de soutien comme gestionnaire de processus, qui met ses connaissances spécifiques et ses conseils à la disposition du dentiste traitant ainsi que du patient lors des décisions relatives à la sélection et la fabrication de (supra‑)structures prothétiques et implantologiques complexes et aux matériaux.

L'industrie dentaire encourage l'échange d'expériences et la collaboration entre dentistes et prothésistes, en particulier tous les deux ans lors de l'IDS à Cologne, un salon international qui constitue une référence dans le secteur. Ce rendez-vous incontournable pour les dentistes et les prothésistes rassemble plus de 2 000 exposants sur une surface de 150 000 m² et propose un vaste programme annexe – comprenant notamment de nombreuses présentations de produits et conférences spécialisées.

« La coopération entre le laboratoire et le cabinet joue un rôle important, tout particulièrement pour les prothèses et prothèses implantaires », indique le Dr Markus Heibach, directeur du VDDI. « L'IDS contribue beaucoup à ce dialogue très prometteur. Par la même occasion, ce salon de référence dans l'industrie dentaire constitue une vitrine et un espace de discussion incomparables pour ces innovations qui font progresser la collaboration entre le laboratoire et le cabinet. »

L'IDS (Salon International d'Odontologie) se tient tous les deux ans à Cologne. Il est organisé par la Société pour la promotion de l'industrie dentaire (GFDI), une entreprise économique relevant de la Fédération allemande de l'industrie dentaire (VDDI), Koelnmesse GmbH, Cologne, assurant son bon déroulement.

Remarque aux rédactions :

Des photos de la dernière édition du IDS Cologne sont disponibles sur la base iconographique de Koelnmesse sur le site Internet www.ids-cologne.de, rubrique « For the Press ».

En cas de reproduction, merci de nous adresser un justificatif.



< IDS 2015 - Nr. 2 / Köln, im April 2014

© VDDI e.V. - Verband der Deutschen Dental-Industrie e.V. - Aachener Straße 1053-1055 - 50858 Köln - Germany - Telefon: +49/(0)221/5006870 - Telefax: +49/(0)221/50068721 - E-Mail: info@vddi.de