News

07.10.2016 - 09:16 - Il y a : 2 Jahre

L'hygiène au cabinet dentaire en gros plan au Salon international d'odontologie (IDS) 2017 de Cologne : mesures rapides à appliquer, diversifiées et individuelles

Règles d'hygiène en constante évolution – Soutien pour faciliter leur application dans le cabinet dentaire – Toutes nouvelles tendances en matière de systèmes d'appareils et de matériaux utilisés – Intégration des mesures d'hygiène dans un système performant de gestion de la qualité – un thème majeur à IDS

L'hygiène et la lutte contre les infections font partie des compétences fondamentales du dentiste et de son équipe. Et ce thème reste d'actualité en raison de la capacité de mutation de beaucoup de micro-organismes potentiellement pathogènes. Le Salon international d'odontologie (IDS), qui se tient à Cologne du 21 au 25 mars 2017, présente des concepts et des innovations actuelles pour des procédures efficaces d'hygiène – une occasion unique d'en obtenir un aperçu complet et de s'informer en faisant le tour des stands.

Outre les recommandations actualisées de l'Institut Robert Koch (RKI), qui reflètent l'état actuel de la recherche scientifique, toutes sortes de normes et de standards d'hygiène doivent être respectés par le cabinet dentaire : la loi sur les dispositifs médicaux (Medizinprodukte-Gesetz – MPG), l'ordonnance sur la commercialisation de dispositifs médicaux (Medizinprodukte-Betreiberverordnung – MPBetreibV), les dispositions de la caisse allemande d'assurance mutuelle en matière de santé et de sécurité sur le lieu de travail ainsi que la loi sur la prévention et la lutte contre les maladies infectieuses chez l'homme (Gesetz zur Verhütung und Bekämpfung von Infektionskrankheiten beim Menschen – IfSG). Toutes ces dispositions sont actualisées en permanence. C'est ainsi par exemple qu'une adaptation actuelle de la loi IfSG stipule qu'il est dès à présent obligatoire de déclarer immédiatement aux autorités sanitaires la détection d'agents pathogènes présentant une résistance aux antibiotiques (dès la colonisation de l'organisme humain, avant même la déclaration de la maladie). Maintenant, il en est de même de la détection d'arbovirus (p. ex. virus Zika) dans le cadre d'analyses effectuées en laboratoire.

Soutien de l'industrie et des fédérations

Fort heureusement, le cabinet dentaire peut compter sur de puissants partenaires pour remplir son obligation d'appliquer les réglementations existantes ainsi que les nouvelles. Le programme élaboré par l'Ordre fédéral des chirurgiens-dentistes et le Groupe de travail allemand sur l'hygiène dans le cabinet dentaire (Deutscher Arbeitskreis für Hygiene in der Zahnarztpraxis – DAHZ) pour indiquer la procédure à suivre en matière d'hygiène est une aide précieuse. Les diverses offres de chambres, d'unions de dentistes conventionnés et de fournisseurs externes vont également dans ce sens. Les différentes unions de dentistes conventionnés sont chargées de vérifier l'application des réglementations.

Pour ce qui est de la gestion suivie de l'hygiène dans le cabinet dentaire, les praticiens peuvent compter notamment sur le soutien des entreprises de l'industrie dentaire, spécialisées en la matière. Désinfection et nettoyage des mains, des surfaces, des instruments et de secteurs particuliers – tout est visible à IDS, y compris les tout nouveaux matériels informatiques et les logiciels ainsi qu'un grand nombre de matériaux dentaires haut de gamme.

En raison du recours au soutien des associations professionnelles, de l'industrie et de prestataires spécialisés, la mise en place de systèmes de gestion de la qualité dans les cabinets dentaires s'est effectuée sans problème – une tendance déterminante ces dernières années. Un système de gestion de la qualité constitue, comme on le sait, une documentation contenant des descriptions existantes du déroulement des opérations, des modes opératoires normalisés, y compris un programme d'hygiène. Il va de soi que l'hygiène, indépendamment de la mise en place de systèmes de gestion de la qualité, a toujours été et demeure un aspect important de l'exercice dentaire.

Nettoyage rapide de toute la surface – Instruments en circuit fermé

Actuellement, pour l'hygiène des surfaces, ce sont surtout les petits auxiliaires qui sont très efficaces.

Des lingettes spéciales à faible teneur en alcool et d'un emploi universel permettent de désinfecter rapidement des dispositifs médicaux non invasifs et conviennent en particulier à l'essuyage d'appareils électroniques délicats. Elles tiennent compte de l'utilisation d'un nombre accru d'écrans, dont des modèles tactiles, de claviers et de portables (« supports d’explication pour les patients »). Et le binôme « produit prêt à l'emploi - séchage rapide des surfaces désinfectées » permet à l'équipe chargée de l'hygiène de gagner de surcroît un temps précieux.

La désinfection des surfaces avec des systèmes de nébulisation à froid procure un gain de sécurité. Comme principes actifs antiseptiques, on emploie par exemple du peroxyde d'hydrogène et des ions d'argent. L'avantage : les biocides pénètrent partout si bien que leur efficacité est suffisante même si les surfaces sur lesquelles ils sont appliqués présentent de petites impuretés (p. ex. traces de protéines).

Il existe également de nouvelles possibilités en matière de santé sur le lieu de travail : des produits particuliers à base d'oxygène actif pour le nettoyage manuel et la désinfection virucide de matériaux fragiles (p. ex silicone, polycarbonate, polysulfone et verre acrylique) sont disponibles sous forme de granulés – pas de poussière, aucun risque d'inhalation, une plus grande sécurité pour l'utilisateur.

De tels granulés se prêtent également à une opération de nettoyage dans un bain à ultrasons. Ce traitement s'applique aux instruments dentaires, comme alternative au nettoyage manuel avec trempage, à des fins de désinfection. Par ailleurs, un traitement entièrement automatisé, par simple pression d'un bouton, est possible avec des appareils spéciaux (thermodésinfecteur/laveur désinfecteur). Des appareils sophistiqués peuvent être connectés au réseau du cabinet dentaire et au logiciel utilisé, ce qui facilite l'établissement de la documentation. La validation, l'identification et la traçabilité des processus de nettoyage s'effectuent de façon aussi sûre que rapide. Les modèles de fabricants de renom, qui remplissent leur fonction tout en ménageant les matériaux, sont recommandés en particulier pour le traitement des turbines, contre-angles, pièces à main, etc.

Pour la stérilisation, il existe différents autoclaves sur mesure. Les modèles technologiquement avancés sont également connectables au logiciel de documentation. Certains modèles permettent, par ailleurs, de retirer au bout de quelques minutes les instruments non enveloppés et, au bout d'un plus de temps, ceux sous sachet (technologie des deux chambres de stérilisation).

Pour réaliser un emballage, les praticiens ont le choix entre différents systèmes, dont des soudeuses à défilement continu, validées selon la norme DIN EN ISO 11607-2. En plus de la connexion au logiciel de documentation du cabinet dentaire, l'enregistrement du procédé de stérilisation par étiquetage des données essentielles le rend facilement reproductible. Voilà pour le cycle des instruments. Faire le tour des stands à IDS permet de mieux l'appréhender, étape par étape, mais aussi de prendre certaines décisions importantes en matière d'investissements pour garantir la rentabilité du cabinet dentaire.

Désinfection des mains : mesures diversifiées et individuelles

L'impératif qui s'applique à la désinfection des surfaces et des instruments, à savoir garantir l'efficacité de leur traitement tout en les préservant, est d'autant plus valable pour les « instruments » les plus importants et les plus délicats du dentiste et de son équipe : leurs mains. Des produits modernes ayant la consistance de gels allient pouvoir désinfectant et soin de la peau – ils ne graissent ni ne gouttent. Cette dernière propriété rend l'utilisation de ces produits particulièrement économique. Par ailleurs, il en existe beaucoup d'autres de toute sorte et parfumés différemment.

« L'hygiène au cabinet dentaire est un thème individuel, ce que montre clairement le fait que le législateur exige un programme d'hygiène adapté à chaque cabinet dentaire. C'est la raison pour laquelle les concepts modernes d'hygiène s'adaptent à de nombreux scénarios. Quelle est la bonne solution ? On peut se prononcer notamment après avoir fait le tour des stands d'IDS – dans l'idéal, avec toute son équipe », déclare le Dr. Martin Rickert, Président de la Fédération allemande de l'industrie dentaire (Verband der Deutschen Dental-Industrie e.V. – VDDI), pour souligner les avantages que représente le plus grand salon mondial d'odontologie.

IDS (Salon international d'odontologie) a lieu tous les deux ans à Cologne. Il est organisé par la GDFI, la Société de promotion de l'industrie dentaire, entreprise économique membre de la Fédération allemande de l'industrie dentaire (VDDI), Koelnmesse GmbH, sise à Cologne, assurant sa tenue.

Les 100 ans de la VDDI

En 2016, la VDDI fête ses 100 ans d'existence. Fondée le 24 juin 1916, en tant que Fédération allemande des fabricants de produits dentaires (Verband der Deutschen Dental-Fabrikanten – VDDF), elle a organisé le premier salon d'odontologie en 1923. En 1928, la VDDF a été l'organisatrice du premier Salon international d'odontologie. Actuellement, la VDDI compte 200 entreprises membres qui emploient 20 000 personnes. Le chiffre d'affaires global s'élève à plus de 5 milliards d'euros, avec un taux d'exportation de 62 pour cent.

Complément d'information sur les 100 ans de la VDDI : Ouvre un lien externe dans une nouvelle fenêtre100.vddi.de

Your contact in case of queries:

Burkhard Sticklies, Opens window for sending emailSticklies(at)vddi.de  

Note for editorial offices:

IDS Cologne photos  are available in our image database on the Internet at www.ids- cologne.de in the “Press” section.

Press information is available at: Opens external link in new windowwww.ids-cologne.de/pressinformation

If you reprint this document, please send us a sample copy.



< Grenzverschiebungen für eine erfolgssichere „Endo“ – die Internationale Dental-Schau macht sie sichtbar

© VDDI e.V. - Verband der Deutschen Dental-Industrie e.V. - Aachener Straße 1053-1055 - 50858 Köln - Germany - Telefon: +49/(0)221/5006870 - Telefax: +49/(0)221/50068721 - E-Mail: info@vddi.de